Flash sur un tout jeune retraité

 

Philippe SERA me confie qu'il est né le 21 mars 1957 plus précisément à la clinique

Beauregard, rue Louvrex, où aujourd'hui se dresse l'immeuble des HEC ... ajoutant immédiatement sur le ton de la boutade qu'après lui ils ont fermé ! 

Il est le second d'une famille de 3 enfants, une sœur aînée et un frère cadet. Ses parents étaient indépendants.A vec eux il habite d'abord Visé, puis Chênée où Monsieur et Madame Sera ont ouvert un magasin Nopri. 

Les 4 premières années primaires il les passe à l'école Saint Joseph de Chênée avant de rejoindre, pour les deux dernières années, l'école Saint Paul au centre de Liège. 

Il entame ses secondaires au Collège Saint Louis. Il y effectue des études scientifiques et y passe 4 ans. 

Par la suite, il rejoint l'enseignement officiel et termine son cursus d'études secondaires à l'Athénée Liège 1 en Sciences économiques. 

Muni de son diplôme, il poursuit alors par deux ans d'école Normale aux Rivageois et obtient un diplôme de professeur en éducation physique. 

Il a 20 ans et cherche un travail. Il connaît Monsieur Albert Delépine, alors sous-directeur  à Saint Jean, qui lui signale que les salésiens recrutent. 

Il postule et est retenu d'abord comme éducateur à Don Bosco puis 3 mois plus tard il commence comme éducateur à Saint Jean. Nous sommes en 1979. C'est l'époque où Saint Jean avait pour directeur, le Père Oscar Béghin, qui, soit dit en passant, assumait outre la direction de l'école  la gestion de la communauté salésienne de Liège. 

Il fait quelques intérims comme professeur de gymnastique et a un moment donné eu un mi-temps comme éducateur et un autre mi-temps comme professeur. Mais, me dit-il, ce cumul s'est bien vite révélé intenable. Il s'est donc replié sur la fonction d'éducateur, fonction qu'il assumera durant toute sa vie professionnelle. 

Mais remontons un peu en arrière. 

Tout jeune Philippe a été louveteau mais très vite il s'est consacré à sa passion : le sport. D'abord le foot : il joue au Standard chez les minimes puis chez les cadets. Ensuite il décide de faire de l'athlétisme et rejoint alors la section athlétisme du Royal Football club de Liège où il se distingue notamment dans les courses de sprints et en longueur. En 1983 il commence le squash où il persévèrera pour jouer finalement en division 1. A noter que fin des années 80 avec 2 amis il ouvrira même un club de squash à Fléron, le Bab's squash.  

Début 1990, Philippe connaît celle qui deviendra son épouse, Maryse. Le mariage a lieu en 1996. De cette union est né un fils dont Philippe est très fier. Il le surnomme affectueusement Henri IV, l'intéressé étant le 4ème Henri de la famille Sera. Diplômé boucher-traiteur depuis peu, Henri doit commencer à exercer dès octobre dans cette belle profession qu'il s'est choisie. 

Philippe aime à rappeler qu'il a connu en 1981, au retour de son service militaire, la fusion de Saint Jean-[MD1]  avec Sainte Marie, qu'en 1991, il a vu arriver à la tête de la direction Monsieur André Tadino et que les années 90 correspondent à un superboom de l'école puisque l'on y a compté jusqu'à 850 élèves. 

En tant qu'éducateur, il a assuré la gestion des dossiers des élèves mais aussi de la logistique de l'école. En 2009, Monsieur Jean-Claude Lamberty ayant pris sa pension, il s'est vu confier en sus l'économat, la comptabilité étant attribuée à Madame Fabienne Fossoul. A partir de ce moment il se retrouvait sans classes à gérer. 

Quand on lui demande quels sont ses plus beaux souvenirs, il ne sait que choisir.           

En vrac il nous cite

-        dans les années 90 les retraites sportives avec Jean-Pierre Gillet et Paul Daumen.  Celles-ci consistaient en 3 jours sous tente en plein hiver avec des réthos enthousiastes (à l'époque les dits réthos avaient le choix entre cette activité, une retraite purement spirituelle dans un abbaye ou une retraite sociale dans des établissements sociaux mais choisissaient le plus souvent la première option) ;

-        les marches dans les Fagnes qui regroupaient entre 15 et 20 courageux ; il y avait aussi la version Liège – Aix la Chapelle toujours à pied ;

-        les séjours à Taizé avec les élèves et André Van der Sloot ;

-        les raids Don Bosco consistant en une course d'orientation avec différentes épreuves du genre tyrolienne, courses, ,,, qui se déroulaient du vendredi 22h au samedi matin et qui ont eu lieu jusqu'en 2014 ;

 

Philippe a de nombreux hobbies. Voyez plutôt ! 

Il a joué du saxophone pendant 16 ans avec des amis et même tout un temps il a eu un professeur de jazz spécialiste de swing. Il me glisse avec un grand sourire  qu'il compte profiter de sa retraite pour recommencer. 

Il a été secrétaire pendant 6 années du club de rugby du Standard à Beaufays, club dans lequel son fils a joué depuis tout petit. 

Il aime cuisiner et est un grand amateur de vins aimant aller de temps en temps à des dégustations. 

Enfin il vient d'aménager avec son fils dans son jardin une aire de pétanque qu'il compte inaugurer pendant les vacances. 

Personnage éminemment sympathique, à la question de savoir ce qu'il désirerait encore ajouter, Philippe Sera dit qu'il voudrait remercier tous les professeurs de Saint Jean-Sainte Marie pour toutes les marques d'affection qui lui ont prodigué pendant toutes ces années ajoutant qu'il espère avoir laissé aux jeunes un bon souvenir.

 

Bonne retraite Monsieur l'éducateur-économe « honoraire » et au plaisir de souvent vous rencontrer.

 

Michel SCHOLTES et Paul PARMENTIER pour les photos