Corinne MELLAERTS, Une ancienne pas comme les autres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un ciel gris et nuageux que perce de temps en temps un rayon d'un soleil parcimonieux comme celui que nous avons trop souvent connu durant ce mois d'Août. 

Une jolie maison dans un petit quartier coquet d'une commune de la périphérie liégeoise pourtant pas connue pour son côté esthétique, Saint Nicolas. 

Une charmante dame au sourire généreux qui nous ouvre la porte et nous fait pénétrer dans sa demeure après nous avoir présenté son époux et son fils. 

Ce premier contact chaleureux, nous le devons à notre hôtesse, Corinne MELLAERTS, ancienne de la section imprimerie, sortie en 1990, que j'aimerais vous faire découvrir dans les lignes qui suivent.

 

Comme beaucoup d'enfants de la région liégeoise à l'époque, Corinne est née à Ougrée mais en fait elle habitait déjà Saint Nicolas. 

Nous sommes en 1970. 

Son papa est électronicien, sa maman commerciale chez Toyota. Elle est fille unique. 

Son parcours scolaire, elle l'entame dans une école communale à Saint Gilles, quartier bien connu de Liège jouxtant Saint Nicolas.

 

A 12 ans, ses parents l'inscrivent à l'Institut Saint Sépulcre, dans le quartier Sainte Marguerite à Liège mais elle ne s'y plaît pas (dixit). Elle n'y reste que 6 mois et manifeste son intention de rejoindre une école où elle pourra se former à sa passion, l'imprimerie.

 

A 13 ans, elle arrive donc à Don Bosco. A l'époque, elle est la seule fille à fréquenter la section imprimerie. Elle sera aussi la première à effectuer le cycle complet de 7 ans (2 années de rénové et 5 ans dans la section proprement dite) et à obtenir brillamment son diplôme. 

Elle a pour chef d'atelier, Monsieur Paul Pagen, aujourd'hui décédé. 

Elle confesse avoir une pensée émue pour plusieurs professeurs de l'époque comme Messieurs Guy Tanase, Luc Allelin, Valère Maenhout et Michel Decamps, mais aussi les Pères Périlleux, Castiaux et surtout Jeanmart, même si, nous dit-elle, celui-ci était parfois un  peu sévère mais toujours très juste. 

Elle garde de ce passage à Don Bosco un excellent souvenir et, soit dit en passant, se dit prête aujourd'hui à apporter son aide à notre Comité notamment dans son désir de rendre l'AMI plus attrayant. 

Par la suite, jamais elle ne s'éloignera de ce qui a toujours été et restera sa passion : l'imprimerie. 

Ainsi travaillera-t-elle toujours dans le dit secteur que ce soit dans la région liégeoise mais aussi à Stavelot et même à Bruxelles connaissant plusieurs fermetures ce qui ne la découragera pas mais l'obligera à chaque fois à rechercher un nouvel employeur. 

Son dernier employeur : Toner de Presse à Liège, société spécialisée dans la réalisation de catalogues publicitaires, folders et documents professionnels en tout genre. En dernier lieu, elle était devenue le bras droit du patron.

 

Corinne vit une parfaite histoire d'amour depuis 14 ans avec Serge avec qui elle est maintenant mariée depuis 10 ans. 

Ensemble ils ont eu un fils, Samuel, qui a aujourd'hui 14 ans et qui vient à son tour de rentrer à Don Bosco en section électricité.  

 

Sa vie a malheureusement basculé il y a 4 ans alors qu'elle était en vacances avec sa famille dans le sud de la France. 

Elle y a été victime d'un terrible AVC qui l'a conduite dans le coma pendant 3 semaines, coma dont elle est sortie avec de multiples séquelles ce qui lui a valu une revalidation de plus d'un an à la clinique Château Rouge de Herstal. 

Aujourd'hui encore elle conserve un handicap au niveau du bras droit et de la main droite mais elle remarche quasi normalement et reparle avec seulement parfois quelques difficultés à retrouver certains mots. 

Cette amélioration quasi miraculeuse de son état elle le doit à la fois à ses proches (son mari et son fils ne l'ont jamais laissée tomber mais au contraire l'ont toujours encouragée) mais aussi et surtout à son courage, à sa volonté de s'en sortir et de vivre comme tout le monde, à sa propension à ne pas pleurnicher sur son sort mais à vouloir voir, comme elle y insiste, qu'il y a plus malheureux qu'elle et à aider ceux-ci (ainsi lorsqu'elle suivait sa revalidation en clinique, aidait-elle d'autres personnes à suivre leur revalidation).

 

Tout ceci ne peut que forcer l'admiration.

 

L'on notera encore, et ceci va dans le même sens à savoir son désir de s'occuper des autres, qu'elle a été conseillère communale à Saint Nicolas jusqu'en 2012, que depuis lors elle est conseillère au CPAS et qu'elle compte se représenter aux élections communales l'année prochaine.

 

A titre de hobbies, elle nous confie sa passion pour la lecture de polars et de thrillers et son goût pour les séries policières.

 

Elle nous montre enfin un tatouage qu'elle s'est fait gravée sur le poignet droit, « CARPE DIEM », qui représente désormais sa devise.

 

Cette locution tirée des vers d'Horace, philosophe de l'Antiquité romaine, se traduit le plus souvent comme « profite du jour présent ».

 

A l'évidence chez Corinne, chaque nouveau jour après ce qu'elle a connu elle entend y goûter au maximum mais pas seulement pour elle-même mais aussi et surtout pour les autres.

 

Bravo, Madame, et bon vent à vous !

 

Michel SCHOLTES et Paul PARMENTIER pour les photos