Une Visite au CEFA de Don Bosco

 

 

Le CEFA (Centre d'Education et de Formation en Alternance) qu'est-ce que cela ?

 

Certes nous avions déjà effectué un reportage sur ce sujet il a de cela quelques années mais nous pensons qu'il est néanmoins intéressant de reparler de cette section trop souvent méconnue ou mal connue de notre Centre Scolaire, section pourtant particulièrement performante.

 

Nous avons été reçus sur le site de Vottem, site principal de cette section, par Messieurs Jacques GABRIEL et Vincent HISTACE, l'ancien et le nouveau non Testaments mais Coordonnateurs du Centre de Formation comme ils ont aimé à se présenter. A ce sujet, l'on notera que Vincent HISTACE est entré en fonction en septembre 2016 mais qu'il a travaillé pendant 20 ans au CEFA de Don Bosco Huy comme accompagnateur ce qui lui donne une grande expérience.

 

Partie « académique » pour commencer, visite des ateliers ensuite.

 

Quelques chiffres d'abord ! Le CEFA c'est 32 ans d'existence (le centre a été ouvert en 1985), ce sont 211 élèves répartis sur 4 sites dont 160 à Vottem, ce sont  2 établissements coopérants mais aussi et surtout un partenariat avec des centaines d'entreprises.

 

Quelles sont les formations proposées ?

 

Maçon, métallier/métallier-soudeur, complément en soudage sur tôle et tube, plafonneur, carreleur, cloisons/faux plafonds, couvreur, jointoyeur/façadier et menuisier PVC ALU (7P-art 49) sur le site de la rue du Bouxhtay à Vottem.

 

Auxiliaire de magasin, commis de salle/commis de cuisine sur le site de la rue des Wallons et de la rue Jacob Makoy à Liège.

 

Technicien en encadrement de chantier (7TQ), technicien en productique (7TQ) et climatisation et conditionnement d'air (7TQ-ART49) à l'Institut Saint Laurent à Liège.

 

Restaurateur et Vendeur/Vendeuse (3E degré-ART49) au Collège Saint François d'Assise à Ans.

 

Pour ce qui est des dernières formations, l'on notera qu'il s'agit en fait d'une collaboration avec l'Institut Saint Laurent et le Collège Saint François d'Assise. Ces deux établissements dispensent les cours théoriques et pratiques tandis que les accompagnateurs dans les entreprises sont issus du CEFA.

 

Enfin pour information, une section paveurs-paveuses ouvrira ses portes dès septembre 2017.

 

Lorsqu'un jeune souhaite intégrer l'enseignement en alternance, il doit avoir minimum 15 ans et avoir effectué 2 ans d'études dans l'enseignement de plein exercice (la réussite de ses 2 ans n'étant pas une exigence) ou avoir 16 ans cette fois sans conditions préalables.

 

Quel est le fonctionnement de la formation en alternance au CEFA ?

 

Les élèves ont 2 jours de formation au Centre dont 7 heures de cours généraux (math, français, sciences humaines) et 8 h de pratique professionnelle  et 3 jours en entreprise. La répartition dans le temps entre école et entreprise a lieu avec beaucoup de souplesse de manière à tenir compte des contingences des entreprises.

 

A côté des enseignants traditionnels chargés de donner les cours, l'on trouve les accompagnateurs qui eux vont jouer un rôle essentiel au niveau des entreprises. La plupart d'entre eux sont des professeurs issus des différents milieux professionnels.  Ce sont eux qui au départ vont aider les élèves à trouver une entreprise disposée à les accueillir. Ce sont eux qui par leur présence régulière dans les entreprises lors des prestations des élèves vont veiller à ce que tout se passe bien et particulièrement à ce que l'apprentissage prime sur le travail ordinaire. Ce sont eux qui seront chargés d'établir des évaluations régulières. Ce sont eux enfin qui de manière générale serviront de lien essentiel entre le centre de formation et les entreprises. Au CEFA Don Bosco, les es accompagnateurs sont au nombre de 6 spécialisés chacun dans un secteur.

 

Pour être complet, l'on nous précise encore que les professeurs de pratiques professionnelles sont eux aussi au moins deux fois par an sur chantier et ce pour effectuer des évaluations plus techniques.

 

Des contrats d'alternance sont signés préalablement avec les entreprises qui en général portent sur 1 à 3 ans mais parfois vont au-delà de ces périodes.

 

Et le Coordonnateur dans tout cela ?

 

Il joue bien évidemment un rôle essentiel qui exige une large palette de connaissances tant en matière d'enseignement, de législation scolaire et de législation sociale. Ainsi, il lui appartient de vérifier si les entreprises avec lesquelles il travaille sont agréées et remplissent bien à tout moment leurs obligations sociales, fiscales et administratives (notamment veiller à ce que les élèves soient bien couverts et que les mesures de sécurité soient bien respectées est évidemment essentiel). Est attendu aussi du coordonnateur un talent non négligeable en gestion des relations humaines  car  il doit coordonner le travail des enseignants, des accompagnateurs et des élèves. Sa mission l'amène enfin à représenter le CEFA Don Bosco lors de nombreuses réunions avec la Directrice, Madame GATHOT, avec les autres Coordonnateurs des autres CEFA du réseau libre de l'enseignement francophone et même, dans le cadre provincial cette fois, de tous les Coordonnateurs des différents réseaux rassemblés dans ce que l'on appelle le Conseil zonal de l'alternance.

 

Tout ceci rend la fonction particulièrement lourde mais ô combien passionnante aux dires de Vincent HISTACE.

 

Cette passion pour leur métier nous l'avons ressenti tant chez Vincent que chez Jacques. A la fin de notre rencontre, ils ont tenu à souligner auprès de nous la pertinence de ce type d'enseignement en alternance puisqu'il permet une insertion de plus de 90 % des élèves dans la vie professionnelle ce qui constitue et de loin le meilleur taux de pénétration tous types d'enseignement confondus.

 

9.000 élèves  fréquentent l'ensemble des CEFA de la Communauté francophone pour 4.500   les IFAPME, les uns comme les autres bénéficiant depuis 2015 des mêmes types de contrat avec les entreprises. Or, il faut bien l'avouer on connaît mieux les seconds que les premiers. Pourquoi ?

 

Gageons que ce n'est qu'une question de temps et espérons que dans un avenir proche les CEFA seront plus connus et partant reconnus. Ce ne serait que justice et c'est en tout cas tout le mal que nous souhaitons à notre CEFA Don Bosco en particulier.

 

En annexe suivent quelques photos des ateliers. Il est difficile d'opérer un choix dans les photos et surtout de faire ressentir à travers elles ce que nous avons ressenti mais nous pouvons vous dire que nous y avons trouvé des élèves heureux et fiers de ce qu'ils fabriquent de leurs mains que ce soit par exemple des murs, des plafonnages, des carrelages ou des toitures (et à ce sujet l'on tend ici vers un véritable artisanat tant l'usage du zinc et du plomb dans les gouttières et descentes d'eau est porté à sa perfection).

 

Dernière réflexion : croire que l'enseignement en alternance est destiné principalement aux élèves en décrochage ou en rupture avec l'enseignement de plein exercice serait une erreur. Ce qui était peut-être vrai au départ de l'aventure des CEFA ne l'est plus aujourd'hui. Le CEFA est fréquenté par des jeunes issus de tous horizons, des jeunes qui veulent apprendre un métier et suivre une filière qui leur donnera le plus grand espoir de décrocher aisément un emploi. On est donc loin et même très loin d'un type d'enseignement dévalué par rapport aux autres. Nous sommes, au contraire, dans un enseignement de qualité utilisant l'expérience pratique en entreprise comme vecteur d'apprentissage.

Une autre façon d'apprendre un métier.

 

Michel SCHOLTES et Paul PARMENTIER pour les photos