Les retraités 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Malou PAPY                                                      

Tu es arrivée à Don Bosco octobre 1981 et tu as enseigné dans nos deux écoles à partir de 1982, après les premières grèves qui ont marqué l’époque. Je me souviens encore d’avoir étudié le dictionnaire de géographie de Mérenne Schumaker.

Tu avais pour vocation l’enseignement, c’est certain. Ta créativité, ton énergie font de toi un prof motivant. Dynamique, tu as donné le cours de Géographie avec passion, tentant de donner le goût de la cartographie, de la géopolitique, des phénomènes karstiques, de la topographie, de la climatologie, de la géomorphologie …

Tu faisais tout pour intéresser les plus récalcitrants. Les préparations étaient autant d’occasion de canaliser leur énergie et de leur montrer qu’ils avaient des talents qu’ils ne soupçonnaient pas.

Nous fêtons aujourd’hui ton départ à la retraite mais cela fait déjà quelques mois que tu en jouis pleinement.

Tu dois t’être lancée dans de nouveaux défis : la pratique du golf, la peinture, le jardinage, la broderie ! Ou les voyages, en aventurière insatiable.

A moins que tu ais radicalement changé et préfères le repos, la dolce vita, le farniente…

Non ? Comment non ?

Ah, on me glisse dans l’oreillette que, comme tous les retraités, tu cours après le temps.

On me dit également que tu vas câliner, cajoler, bercer et amuser un petit ...., n’est-e pas Pierre !

Tu nous diras quand même si malgré la retraite, tu te réveilles toujours à la même heure, si la sonnerie stridente qui rythmait tes journées te manque, si tu es nostalgique de l’odeur de craie.

Tu nous diras si tu regrettes le petit café partagé avec les collègues dans la salle des profs, discutant des élèves de la dernière biographie de Paul Vidal de la Blache à leur proposer.

Nous savons que tu as aimé ton métier, tu l’as prouvé tout au long de ta carrière. Tu as connu le rénové, les socles de compétence et tu pars avant le meilleur, les Unités d’Acquis d’Apprentissage.

Tu aurais, c’est certain, développé à l’occasion, de nouvelles idées, de nouveaux projets.

Profite bien de ta retraite Malou.

Tu peux partir l’esprit tranquille avec l’idée du travail accompli !

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Michèle TOURNEMENNE

Tu es arrivée à St-Jean Berchmans en octobre 1981 et tu as enseigné dans nos deux écoles à partir de 2004.

De mon côté, je t’ai rejointe à Ste Marie en 1990, après les premières grèves qui ont marqué l’époque.

Mais nos chemins s’étaient déjà croisés quelques années auparavant, t’en souviens-tu ? Quand, avec Dominique, tu es venue en stage dans ma classe, chez Mr Marneffe. Je me souviens encore d’avoir étudié avec vous « L’albatros » de Baudelaire.

Avec toi, j’ai partagé les cours en Q, à Ste-Marie puis ceux du 1er degré ici, où tu es restée plus de 10 années.

Tu avais pour vocation l’enseignement, c’est certain. Ta créativité, ton énergie font de toi un prof motivant. Dynamique, tu as donné le cours de français avec passion, tentant de donner le goût du théâtre à tes élèves.

Exercices de diction, de mémorisation, d’improvisation… tu faisais tout pour intéresser les plus récalcitrants et les préparer à monter sur scène lors des fancy-fair.

Ce jour-là, ils présentaient quelques saynètes à leurs parents. Les préparations étaient autant d’occasion de canaliser leur énergie et de leur montrer qu’ils avaient des talents qu’ils ne soupçonnaient pas.

Nous fêtons aujourd’hui ton départ à la retraite mais cela fait déjà quelques mois que tu en jouis pleinement. Tu dois t’être lancée dans de nouveaux défis : la pratique du golf, la peinture, le jardinage, la broderie… Ou les voyages, en aventurière insatiable.

A moins que tu ais radicalement changé et préfères le repos, la dolce vita, le farniente…

Non ? Comment non ?

Ah, on me glisse dans l’oreillette que, comme tous les retraités, tu cours après le temps. On me dit également que tu câlines, cajoles, berces et amuses un petit Jules et bientôt son petit frère ou sa petite sœur.

Profite bien de ta retraite Michèle.

 

 


Stéphane HALFLANTS

Comme vous pourrez le constater le parcours professionnel de Stéphane est intiment lié à l’enseignement à horaire réduit et ensuite au Centre d’éducation et de formation en alternance.

A l’époque, nous transformons la relation, la méthode d’enseignement. Stéphane était déjà là pour nous rappeler de laisser le temps au jeune. Il initie les jeune au commerce équitable ; il vend des cacahuètes péruviennes, du miel Maya et du Café du Nicaragua.

Il nous embarque sur des péniches om il fait souder les jeunes à défaut d’avoir un atelier.  Pour Stéphane on retrouve sa période la plus sexy, il poste le bleu de travail avec beaucoup d’élégance, ses cheveux longs et ses mains noires de cambouis. Cela sui donne un charme et un flegme très britannique.

Un jour, le coordinateur nous apprend que nous allons investir d’anciens hangars ; il se réjouit d’avoir enfin un vrai atelier ! Il devient le prof de mécanique attitré montant et démontant bolides et moteurs.

Un jour, nous migrons vers Vottem, cette ancienne usine va voir s’épanouir les talents inexplorés de Stéphane… il prend la pleine puissance de son art. Il devient accompagnateur en entreprise pour les mécanos et tour à tour pour les agents de maintenance, les opérateurs de production, les caristes, les manutentionnaires, les soudeurs et les techniciens du froid de St-Laurent.

Stéphane tu as fait un beau métier, de beaux métiers et comme tu t’es souvent plaint du manque de reconnaissance et de considération.

Nous voulons, aujourd’hui, te rendre hommage et te remercier pour cette expérience partagée, le travail réalisé  surtout ta vie au service des jeunes.

Merci à toi,

Pierre et Jeanouch